Skip to content

Zelda Twilight Princess est il le digne descendant d’Ocarina of Time?

Un petit dossier d’analyse Zeldaesque pour se changer les idées et je vous propose pour cette fois une analyse entre Ocarina of Time et Zelda Twilight Princess. Ce dernier qui selon moi n’a pas su être apprécié à sa juste valeur, trop souvent considéré comme le vilain petit canard et qui pourtant renferme une incroyable richesse.

Zelda Twilight Princess est il le digne descendant d’Ocarina of Time? C’est la grande question que je me pose en ce moment. J’ai eu la chance de parcourir les deux en entiers durant cette belle année 2017 et il me semble que TP se rapproche vraiment du fantasme des joueurs sur le fameux « Zelda mature » tant demandé par les fans. Il est évident que la puissance des deux consoles ayant accueillis ces deux géants n’est pas la même et que donc les possibilités n’étaient pas non plus les mêmes. Néanmoins TP possède une vraie trame scénarisée avec des personnages secondaires possédant plus de background qu’à l’accoutumée donnant vie à Hyrule! Ce dossier n’a pas pour but de désacraliser OOT bien au contraire, néanmoins j’aimerais que TP puisse être apprécié à sa juste valeur et que l’on reconnaisse enfin qu’il s’avère tout aussi puissant que son ancêtre.

Il est évident de prime abord qu’OOT a pu accéder au panthéon du fait qu’il était le pionnier dans le domaine de la 3 dimension. C’était le premier Zelda sur ce modèle et qui est sorti sur une console en manque de jeux où la concurrence possédait de gros blockbusters comme FF7. Il n’a pas été difficile pour un joueur Nintendo de défendre son bout de pain en omettant qu’OOT était le meilleur jeu toutes consoles confondues et qu’aucun Zelda n’arrivait et ne lui arriverait à la cheville. Il faut dire que pour l’époque le jeu était en avance sur son temps avec un gameplay bien solide, un Link adulte de toutes beautés et une histoire vraiment énorme. Ceux qui ont connu le jeu à sa sortie en ont gardé un souvenir tellement mémorable et impérissable que même aujourd’hui se souvenir reste indélébile ne laissant peut-être pas la place à autres choses.

Twilight Princess sera le testament du Gamecube et l’acte de naissance de la Wii!

Maintenant que le contexte OOT est posé arrêtons-nous sur celui de TP qui est tout de même bien différent. Le jeu sort en fin de vie du Gamecube et après un Zelda Wind Waker certes bourré de qualité et vraiment osé mais dont beaucoup de joueurs ont ressenti une vraie frustration et pensait vraiment jouer à un OOT avec des graphismes d’actualités. Aux vues des premières images de TP les fans s’emballent et découvre ce qu’ils ont tant voulu avec un Link adulte vraiment classe évoluant dans un monde très sombre. Seulement voilà le jeu ne sera pas exclusif à une machine mais sera aussi le fer de lance de la Nintendo Wii. On peut se dire que ce n’est rien mais en fin de compte OOT est sorti sur une machine en milieu de vie qui n’avait pas de vrais armes face à la concurrence et Zelda a été le sauveur de la console. Le Gamecube a connu d’excellents jeux auparavant et même un premier Zelda qui même s’il n’était pas comme on l’espérait était tout de même très bon. Twilight Princess est donc un jeu hybride sorti sur deux plates-formes avec un gameplay très différent et n’apportant pas une évolution aussi flagrante que la 3D d’OOT en son temps!

L’une des premières images dévoilées de Twilight Princess!

Je pense qu’un contexte aussi fort que celui d’OOT a aidé le jeu à atteindre des sommets et qu’en revanche le contexte TP assez chaotique et d’un autre temps n’a pas permis au jeu d’exercer un pouvoir de séduction aussi puissant que son prédécesseur ne l’avait fait. TP avait également trop de pressions sur ses épaules et devait faire mieux que son grand-frère sans pouvoir trouver sa propre identité. La suite tout le monde la connaît, TP déçoit lors de sa sortie avec des phases en loup trop présentes ainsi qu’une copie de son ancêtre trop forte et sans prise de risque. Un monde vaste mais vide pour beaucoup et des quêtes annexes trop en deçà de la trame principale. Néanmoins Nintendo et Aonuma ont rempli le cahier des charges en offrant aux joueurs ce qu’ils souhaitaient depuis toujours à savoir un Zelda mature qui dépote graphiquement. Ils ont aussi un peu trop pris à droite et à gauche flânant du côté d’Okami pour le loup ou encore Shadow of the Colossus sur le plan esthétique. Sans oublier les grandes batailles à cheval s’inspirant du Seigneur des Anneaux. Malgré tout, le tout reste cohérent et la patte Zelda bien présente.

Des grandes batailles s’inspirant du Seigneur des Anneaux, voilà ce qui était promis!

Si l’on reste objectif se Zelda a pourtant apporté du neuf à la série et même si cela n’est pas aussi important que la 3D c’est plein de petits détails jamais vu auparavant qui naissent au sein de ce jeu. Le plus fort d’entre eux à ma connaissance est la narration qui était quasi inexistante par le passé. Ici Link est entouré de personnages importants que l’on retrouvera tout au long de l’aventure comme la jeune Iria ou encore les enfants de son village. Notre héros fera même parti d’une poche de résistance menée par un autre personnage important que l’on côtoie lors des premières heures de jeux. Même si cette évolution n’est pas transcendante elle pose néanmoins un contexte cohérent à l’histoire où Link n’est pas le seul acteur majeur dans cet univers en proie aux ténèbres. Les cinématiques sont elles aussi plus nombreuses avec une mise en scène vraiment travaillées. On peut y voir un Link plus humain qu’à l’accoutumé qui ne mène pas une quête d’élu mais qui le fait dans un premier temps pour sauver ses amis. Midona apporte elle aussi beaucoup à la scénarisation en ayant son caractère bien à elle et en s’amusant de ce pauvre Link à plusieurs reprises. C’est sans doute l’un des sidekick les plus travaillé et intéressant que l’on ai jamais eu dans un Zelda et qui ne se contente pas d’être là uniquement pour prodiguer des conseils. Une vraie complicité s’installe entre les deux au fil de l’aventure pour peut être se terminer par un sentiment plus fort? En parcourant le jeu j’ai senti que Nintendo souhaitait ajouter une vraie cohérence à sa saga et c’est dans cet opus plus que jamais que l’on peut le percevoir.

L’espiègle Midona!

Il est vrai que le jeu offre beaucoup de similitude avec OOT même dans sa construction mais Twilight Princess possède une identité qui lui est propre avec ce monde des ombres empiétant sur celui de la lumière. Un monde vraiment détaillé aussi bien graphiquement que du côté sonore. De plus, même si les phases en loup n’ont pas eu la cote escomptée elles apportent un plus indéniable à l’ambiance du jeu où l’on découvre un Link qui peut lui aussi se retrouver dans une situation malencontreuse le rendant bien évidemment plus humain une fois de plus et se rapprochant aussi du grand Majora’s Mask. Il me semble clair que Twilight Princess n’est pas apprécié à sa juste valeur car tout en racontant une légende connue de tous il l’approfondi en la racontant d’une nouvelle façon avec des petits plus n’existant pas du temps d’OOT! La possibilité de se battre à cheval par exemple est juste jouissive en tout point et pourtant novatrice pour la saga. Cette possibilité offre d’ailleurs des moments mémorables et tout le monde se souvient de ce combat sur le pont où Link tente de sauver l’un des enfants du village kidnappés par le chef des orques, juste épique. Il y a aussi les bottes de combat à apprendre qui poursuivent l’exhaustivité du système de combat entamé par Wind Waker et qui proposent des mouvements à l’épée très classe tout en offrant plus de libertés et de technique aux joutes.

Le jeu apporte donc son lot de nouveautés tout en restant fidèle à son aîné et c’est d’ailleurs ici que réside la force de Twilight Princess. Il propose une histoire remise au goût du jour sur le plan technique et scénaristique pour que les néophytes et connaisseurs prennent le même plaisir à le découvrir. Les donjons sont également la force de cet opus de par leurs constructions complexes et garantissant au joueur des heures de recherches. C’est sans doute à ce niveau celui qui est le mieux construit reposant sur de nombreuses énigmes et de tortueux donjons.  Les bosses sont impressionnants et Xanto fait d’ailleurs froid dans le dos étant très mystérieux au départ. L’intrigue s’épaissit d’ailleurs au fil de l’aventure dévoilant les intentions de ce dernier et faisant apparaitre le mal. Il est d’ailleurs la suite direct d’OOT et cette tunique raccommodée que porte Link ayant autrefois appartenu au héros qui n’est autre que le Link d’OOT en est sans aucun doute le symbole le plus fort. Les thèmes musicaux assurent eux aussi et offrent une sacrée personnalité au jeu rien que dans la cinématique de départ les frissons sont garantis tout comme lorsque Link loup hurle des chants venus du passé comme le chant de l’apaisement de M’sM. On est clairement pas dans un OOT bis mais dans un Zelda qui nous raconte la légende à sa façon tout tout en se servant du patrimoine historique de la saga.

J’espère sincèrement que vous laisserez une seconde chance à Twilight Princess s’il ne vous a pas marqué la première fois car il a malgré tout su reprendre dignement le flambeau d’Ocarina of Time tout en ayant une originalité certaine!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :