Skip to content

Test : Need for Speed Most Wanted U (Wii U)

Hey et si on faisait la course, et pourquoi pas sur Wii U? Le choix est vite fait alors puisqu’il n’y a que Need for Speed Most Wanted U dans le style arcade avec des voitures réelles. Alors en route pour le test du jeu les amis.

Alors il faut savoir pour commencer que le jeu est sorti sur de nombreux supports avant de sortir sur Wii U. Il est d’abord sorti sur PS3 et Xbox 360 ainsi que sur PC et PS Vita. La version pour la console de Nintendo est elle sortie 4 mois plus tard soit le 22 Mars 2013. Pourquoi autant de retard ? Et bien Electronic Arts est plutôt frileux à sortir ses jeux sur la U et pour cause les premiers jeux notamment au line-up de la machine n’ont pas fait de bons scores de ventes. Depuis, EA  a boycotté la console et ce NFS Most Wanted U est le dernier jeu sorti dessus il me semble. Même le dernier NFS Rivals n’a pas eu droit d’atterrir sur la console et FIFA 14 n’est lui non plus jamais passé par la case Wii U. Néanmoins ce retard peut aussi s’expliquer par le fait que Criterion le développeur du jeu a pris son temps pour nous offrir une version plus belle que chez ses consœurs avec de petites options sympathiques en prime.

Certains d’entre vous ont peut-être déjà entendu le nom « Most Wanted » auparavant et si c’est le cas tant mieux car NFS Most Wanted premier du nom est déjà sorti durant la génération 128 bits et notamment sur Gamecube. C’est un jeu qui avait su relancer la licence à l’époque avec des courses poursuite haletantes, un monde ouvert et un scénario kitsch mais sympathique à suivre. Celui-ci se réapproprie donc le titre de son aîné mais est toutefois très différent puisqu’il ne possède aucun scénario, en fait il n’a de Most Wanted que le nom.

Lors du démarrage du jeu une très belle cinématique vous présentera la ville de Fairheaven puis vous atterrirez au volant d’une Porsche 911 avec une superbe musique du groupe Muse. Votre but sera de vous rendre près d’une autre voiture, l’Alfa Roméo Concept 4C et d’en prendre les commandes. Une fois cela fait vous êtes libre, libre d’aller où bon vous semble et de piloter la voiture de vos envies. Ce NFS rompt totalement avec la progression traditionnelle de la série et vous laisse maître de votre carrière. Les voitures ne sont pas à acheter mais à trouver dans la ville. Une fois le véhicule découvert une simple touche suffit pour vous mettre aux commandes de votre nouvel engin. C’est assez déroutant au départ mais c’est une volonté de Criterion qui ne voulait pas mettre d’entrave au joueur par un système de niveau ou d’argent. Le studio veut que le joueur profite du contenu à sa façon et comme il le souhaite. Vous évoluez donc dans un monde ouvert de bonne taille possédant une grande partie urbaine et une plus petite montagneuse le tout encerclé par une autoroute permettant les pointes de vitesses. Rien n’est fermé et il vous est possible de vous balader où bon vous semble. Le gros atout du jeu est la recherche de collectibles et de nouvelles voitures. Il y a par exemple plus de 150 panneaux à détruire, des barrières à briser, des radars et de nombreux sauts à faire. Le tout vous récompensera en Speedpoints vous permettant d’évoluer au sein de la liste des dix Most Wanted.

Car oui il y a tout de même un but dans ce jeu, un but qui le rapproche de son aîné où il fallait affronter les 15 meilleurs pilotes de la liste pour récupérer la mythique BMW M3. Ici il y a dix pilotes à battre mais comme il n’y a pas de scénario rien ne vient justifier cette liste, il faut juste garder à l’esprit que vous devez tous les battre. C’est ici qu’interviennent les Speedpoints puisque pour débloquer l’accès à ces pilotes chevronnés vous devrez en avoir une certaine somme qui augmentera au fur et à mesure de votre ascension dans la liste. Il y a donc différentes façons de gagner les précieux points, comme je le disais en explorant la carte vous en trouverez mais là où vous en gagnerez le plus c’est en faisant la course bien évidemment. Chaque voiture possède une liste de cinq courses à effectuer et remporter la victoire vous octroiera un nombre considérable de Speedpoints. On trouve d’ailleurs différents types d’épreuves comme des courses simples, des poursuites contre la police, des épreuves de vitesse et des courses éliminations. Le problème étant que les voitures sont répartis par catégories, du coup certaines classes de véhicules ont les mêmes courses et c’est dommage car on se retrouve à faire plusieurs fois le même circuit. On dénombre environ soixante épreuves mais certaines reviennent trop souvent.

La personnalisation des véhicules revient également en force puisqu’en remportant les épreuves vous débloquerez de nouvelles pièces pour votre bolide modifiant significativement son comportement et sa vitesse. Tout y est (pneus, kit de carrosserie, turbo et j’en passe) en revanche cela modifie que partiellement l’apparence et ne vous attendez pas à une grosse liberté comme c’était le cas dans l’opus original. Néanmoins ces améliorations sont intéressantes pour les épreuves et contre la police puisqu’il est même possible de mettre la main sur des pneus increvables. Certaines améliorations se débloquent d’ailleurs en effectuant des actions précises comme rouler 80 km ou faire un saut de 300 mètres par exemple. Le tout est consultable via l’Easydrive, une chouette invention évitant de passer des plombes dans les menus. Il est accessible en pressant simplement la croix directionnelle vers la droite et ce à n’importe quel moment du jeu même en pleine course. Vous pouvez de ce petit menu accéder à toutes vos voitures, leurs modifications ou encore au online.

Il est donc très facile d’accéder à une épreuve en particulier ou bien de changer de voiture à la volée. Le changement de véhicule en pleine course c’est une autre histoire mais c’est possible sur Wii U et je vous expliquerais comment un peu plus tard. Une fois le nombre de Speedpoints atteint vous pourrez affronter un bolide de la liste dans des courses, elles sont plus difficiles mais pas insurmontables rassurez vous. Une fois le rival battu il faudra le takedowné c’est à dire lui rentrer dedans pour débloquer sa caisse et le rayer de la liste. Criterion bossait auparavant sur la licence Burnout ce qui explique et justifie tout à fait les takedowns. Globalement, lorsque vous serez victime ou instigateur d’un accident avec le trafic, le décor ou les concurrents, vous verrez physiquement l’accident et l’impact qu’il a sur votre véhicule dans un sympathique ralenti. Bien sûr cela casse un-peu le rythme de la course mais vous serez rapidement remis sur piste. Il est vrai qu’il peut arriver d’être replacé au mauvais endroit où sur une route adjacente.

Les courses poursuites sont basés sur le même principe, les flics vous foncerons dessus sans répit jusqu’à faire plier la taule et vous coincer pour vous cerner. En effet, si vous restez trop longtemps bloqué près d’une voiture de police une jauge au bas de l’écran se remplit et une fois cette barre complète vous serez coffré. Ils useront de barrages, de herses et de gros véhicules pour vous attraper. Plus la poursuite dure et plus vous remportez de Speedpoints mais plus le niveau de la poursuite augmente et ils bénéficieront de véhicules de plus en plus puissants. Pour vous échapper il ne faudra plus vous trouver dans leur champ de vision pendant un certain temps. En modifiant la couleur de votre voiture dans un garage le niveau de recherche baissera également plus vite. La police a beau être nerveuse, je trouve tout de même les poursuites moins intenses que dans le Most Wanted original et la faute aux Takedowns justement. Un accident et vous êtes remis sur piste et les flics ne peuvent donc pas vous encercler alors que dans l’ancienne version il fallait réellement ruser pour échapper à la maréchaussée au niveau 6 par exemple. C’est vrai aussi que parfois on arrive dans un véhicule à une vitesse peu élevée et hop Takedown, les points de collisions sont assez étranges par moment. Le bon point c’est que les conversations de la police nous parviennent directement par les hauts parleurs du Gamepad de quoi assurer une très bonne immersion.

Le jeu possède un online et pour une fois je ne peux pester contre puisque le jeu a été pensé autour de ce online. Il est incrémenté dans le soft et fonctionne également en solo. Concrètement vous verrez les records de chacun de vos amis pour les courses et un classement vous indiquera votre position sans rien demander. En cassant un panneau vous verrez lequel de vos amis l’a percuter et s’il l’a fait plus vite que vous. Si c’est le cas son Mii sera affiché sur le dit panneau. Enfin vous serez toujours informé de votre progression par rapport à celle de vos amis que ce soit pour les Speedpoints, le nombre de voitures débloqués ainsi que la liste des dix Most Wanted. D’ailleurs il est possible de comparer de façon précise toutes vos statistiques avec l’un de vos amis. Il est également possible de remporter plus de points en les battant sur certaines épreuves. J’avoue que le concept marche bien même sur un gars comme moi qui n’est pas friand de online. On veut faire mieux que ses amis et ça nous pousse à jouer et à explorer la ville. On trouve aussi des courses en ligne sous forme de playlists pleines de petits défis délirants comme faire le plus long drift par exemple. D’ailleurs il y a pas mal de joueurs sur le online.

Je n’ai pas abordé le gameplay mais il y a peu à dire, la conduite arcade typique de la série est toujours bien présente, une conduite toute en glissade où le frein est finalement peu utile je dirais. En course l’IA est plutôt agressive mais elle est toujours aussi mal calibrée. Vous obtiendrez facilement la première place mais une fois devant, les autres pilotes vous colleront. Pire, si vous les envoyez dans le décor ils reviendront en un rien de temps vous coller au train, c’est assez pénible surtout contre ceux de la liste. Les différentes surfaces offrent des sensations de conduites correctes et la sensation de vitesse est très bonne surtout avec des voitures puissantes. Les circuits ne sont pas fermés, c’est donc à vous de prendre le bon chemin et contrairement à un Burnout où il est facile de se perdre ici tout reste indiqué très clairement.

Le Gamepad offre quelques fonctionnalités supplémentaires, il est possible de choisir par exemple si l’on souhaite avoir du trafic ou non, la conduite de jour ou de nuit, où bien de changer de véhicules en pleine course et ce de manière rapide. Une petite option marrante a aussi été ajoutée, le copilote qui permet à deux joueurs, un au Gamepad et l’autre à la manette classique de s’entraider ou de se mettre des bâtons dans les roues en conduisant la même voiture. Il est aussi possible de jouer l’intégralité du jeu directement sur le Gamepad. Les touches sont toutes paramétrables et la manette Wii U Pro ainsi que le classic controller Wii sont compatibles. Cette version offre aussi un DLC complet et donc gratuit ajoutant de nouvelles voitures, épreuves et son lot de panneaux et barrières à percuter.

Sur le plan technique, Criterion a frappé fort, le jeu est vraiment réussi et les véhicules modélisés à la perfection. Les couchers de soleils et la pluie font leur petit effet surtout sur une route détrempée. Cette mouture Wii U a bénéficié d’un traitement particulier notamment au niveau des éclairages qui sont calculés en temps réel ce qui en fait la meilleure version d’ailleurs. On trouve également de petites cinématiques où les développeurs sont parti dans des délires surréalistes mais qui en jette sur le plan visuel. Enfin pour finir, le temps de chargement est tout de même présent et assez long entre chaque course mais on en trouve heureusement aucun lors de l’exploration de la ville. Un mot rapide sur la bande-son qui est sympathique avec de nombreux groupes connus et des genres très différents allant du rock à la transe en passant par la country, il y en a pour tout les goûts.

Finalement ce NFS est plutôt pas mal dans l’ensemble si l’on oublie le reboot qu’il devait opérer à la base. La durée de vie est assez importante, techniquement c’est bluffant et la conduite arcade toujours bien présente. Pour réellement l’apprécier il faut des amis afin de comparer ses scores et accepter une progression assez différente qui chamboule les codes habituels des jeux de course. J’ai pour ma part été agréablement surpris par le côté poussé de l’exploration et la partie online bien incrémentée dans le solo.

15/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :